`

La biométrie vocale est-elle un processus vraiment fiable ?

Favicon Vivoka Author

Written by Aurélien Chapuzet

Aurélien Chapuzet est responsable du marketing numérique chez Vivoka, où il dirige la création de contenu et les stratégies marketing.

25 février 2021

Dans la quête perpétuelle de renouvellement de l’UX (expérience utilisateur), la voix apparaît d’année en année comme inévitable. Succédant à la reconnaissance tactile et faciale, ses multiples applications, au-delà de l’interaction, incluent l’identification des individus par la biométrie vocale. Selon Rita Singh, chercheuse de Carnegie Mellon spécialisée dans l’apprentissage automatique appliqué à la voix, « On sait depuis des siècles que la voix est porteuse d’une multitude d’informations. L’intelligence artificielle peut être utilisée pour extraire ces informations ».

S’identifier par la voix était jusqu’alors quelque chose de réservé à la science-fiction, pourtant nous en sommes plus proches qu’il n’y paraît ! Cependant, comme les différentes controverses liées aux nouvelles technologies, est-ce un procédé fiable et sûr ?

 

Qu’est-ce que la biométrie vocale ?

 

« Le son de votre voix est en train de devenir un nouveau type d’empreinte digitale. »

La biométrie vocale est un domaine scientifique et technologique lié à la reconnaissance vocale qui vise à développer des applications permettant de vérifier l’identité d’une personne uniquement par sa voix.

La voix est en effet régie par la prosodie, l’ensemble des caractéristiques vocales (timbre, hauteur, valence etc…) propres à chaque être humain. Formant une véritable empreinte vocale, ces caractéristiques sont identifiées afin de les faire correspondre à un modèle de référence, servant ainsi à l’identification.

Techniquement, l’apprentissage machine est très populaire dans ce domaine de recherche car il permet à un système de s’améliorer de lui-même. Il est important de le préciser car la fiabilité de la technologie dépendra en partie du taux de précision qu’elle offrira. Selon le principe de l' »apprentissage automatique », chaque fois qu’une information est saisie (c’est-à-dire qu’un utilisateur parle), le système exploite ces données pour fonctionner d’une part, et pour affiner ses résultats d’autre part.

 

Peut-on vraiment s’y fier ?

 

Souvent imaginée et utilisée pour l’authentification, la biométrie vocale est au cœur de questions sur sa fiabilité et sa sécurité. Les risques de fraude s’appliquent également au domaine de la voix, car le vol d’un code et le vol d’une voix sont tous deux techniquement possibles.

Récemment intégrée et expérimentée par les acteurs bancaires, la biométrie vocale reste un sujet « sensible » car derrière ses fonctionnalités attrayantes, il existe néanmoins des risques importants de failles. Il convient de noter que dans le domaine de la sécurité, l’ingéniosité des personnes qui imaginent les systèmes est équivalente à celle de ceux qui cherchent à les router.

Cependant, plusieurs éléments doivent être pris en compte ! Tout d’abord, une voix contient une centaine de caractéristiques spécifiques qui, selon la qualité de la capture audio et du traitement de l’information, font de ce support un moyen d’identification robuste.

D’autre part, comme nous l’avons dit précédemment, les modèles d’apprentissage machine sont adaptés à ce genre de pratique car ils affinent leur précision au fur et à mesure. Ainsi, nous disposons aujourd’hui de systèmes intelligents contenant une énorme quantité d’informations, qui s’avèrent de plus en plus infaillibles.

La réponse quant à la fiabilité est donc mitigée : d’une part, comme tout mode d’identification, des failles existent et existeront, mais d’autre part, la voix se positionne comme suffisamment robuste pour mériter sa chance.

 

 

Que pouvons-nous attendre de la biométrie vocale ?

 

À notre avis, et de l’avis de nombreux experts, la biométrie vocale devrait, pour l’instant, être utilisée en plus d’autres méthodes d’authentification plus éprouvées. Ce faisant, les avantages respectifs des différentes méthodes peuvent devenir complémentaires. Par exemple, la combinaison de l’identification vocale et faciale est déjà une piste explorée par de nombreux acteurs.

En tout cas, une chose est sûre : l’interaction vocale fait partie de tous nos usages. Nous avons beaucoup parlé de la biométrie au sens de l’authentification car c’est le sujet le plus inhérent à la technologie, et surtout celui qui soulève des questions.

Mais la biométrie n’est pas faite que pour ça ! Un exemple, que vous pouvez déjà utiliser à la maison si vous avez un locuteur intelligent, est le Voice Match, la capacité des assistants à reconnaître les personnes d’une même famille. D’où la personnalisation avancée de l’expérience, en termes de préférences, d’accessibilité ou d’autorisations par exemple.

 

 

Sources :

https://www.crim.ca/fr/realisations/Biometrie-vocale-vers-une-identification-incontournable

https://usbeketrica.com/article/reconnaissance-vocale-parle-je-te-dirai-qui-tu-es